La Culture Des Gauchos en Argentine !7 min read

La Culture Des Gauchos en Argentine !7 min read

This entry is part 1 of 2 in the series Les Gauchos en Argentine

 

Suite à notre article sur 1 Semestre d’erasmus en Argentine, nous avons été contacté par une agence touristique du village de San Antonio de Areco. En échange d’un lien vers leur agence, ils nous fournissent du contenu de qualité, insistant sur les traditions et le patrimoine. Notre blog étant axé sur des aspects culturels et historiques du voyage nous avons accepté cette proposition :). Voici donc un premier article sur ce village typique de l’Argentine, situé dans la province de Buenos Aires, et sur les gauchos, peuple gardien des troupeaux de la pampa.

 

San Antonio de Areco, la ville des traditions gauchas

 

Lorsqu’on arrive à Buenos Aires, on se laisse facilement happer par l’euphorie de la capitale et on oublie parfois que l’Argentine, ce n’est pas simplement que le tango et Carlos Gardel, ou bien le football avec Maradona et Lionel Messi ! L’intérieur de la province de Buenos Aires, par exemple, présente une culture bien différente. Celle des immensités de la pampa, des estancias et des gauchos.

Il suffit de faire une heure et demie de route pour voir défiler un paysage bien distinct, celui des vastes prairies et des étendues. Située à seulement 113 km au Nord-Ouest de la capitale, San Antonio de Areco est une petite ville qui illustre parfaitement cette autre facette de l’Argentine.

Fondée par les espagnols en 1730, elle conserve encore aujourd’hui son architecture coloniale et une identité gauchesque très forte.

Dans son centre historique, on découvre un lieu hors du temps qui nous plonge dans une autre époque ; celle des cowboys argentins, gardiens de la Pampa.

Intendance municipale de San Antonio de Areco

Les gauchos comme symbole Argentin

 

Il n’est pas rare de croiser, encore aujourd’hui, un homme hissé sur son noble cheval dans les rues pavées de San Antonio de Areco. Le gaucho, cet homme brave et solitaire qui chassait autrefois les vaches sauvages dans la pampa pour se nourrir, est aujourd’hui devenu le symbole de tout un peuple.

Désormais sédentarisé, il travaille dans les Estancias avoisinant la ville. Des fermes typiques de plusieurs centaines d’hectares. Il sait mieux que personne comment s’occuper des bovins et des chevaux. Et se charge lui-même des changements de pâturages, du marquage, de la vaccination des veaux… Et des différentes autres taches quotidiennes à l’Estancia.

S’il a parfois troqué son cheval contre un tracteur, il n’en perd pas moins ses us et coutumes. Celles-ci s’illustrent à travers des chants et danses, et les nombreuses fêtes organisées en son honneur tout au long de l’année.

Balade à cheval dans la pampa

La Fête de la Tradition

 

La Fiesta de la Tradición de San Antonio de Areco est sans aucun doute la fête gauchesca la plus renommée du pays.

Durant plus d’une semaine, les gauchos venant de l’Argentine toute entière se réunissent ici pour des festivités hautes en couleur. C’est l’occasion de profiter de concerts de musiques folkloriques, des expositions d’artisans locaux, mais aussi de la viande à l’asado (grillades au barbecue), des démonstrations de rodéos et autres habiletés équestres, ainsi que de l’impressionnant défilé à cheval de plusieurs milliers de gauchos dans les rues de la ville. On assiste alors à une véritable parade équestre qui réunit les plus beaux chevaux et cavaliers, un spectacle fabuleux!

La Fête de la Tradition a toujours lieu durant la semaine qui avoisine la date du 10 Novembre. Jour de la naissance de l’illustre écrivain José Hernandez, qui publie en 1872 le poème Martin Fierro, la bible de tout gaucho qui se respecte. Le 10 novembre est considéré comme le Dia de la Tradition dans toute l’Argentine.

 

Une ville chargée d’histoire

 

A Areco, il existe plus d’une centaine d’édifices considérés comme des vestiges de l’histoire, ce qui fait d’ailleurs également la grande fierté des arequeros, les habitants d’Areco.

Parmi les plus visités, on citera par exemple l’église située sur la place principale. Les espagnols, venus propager la foi chrétienne en Amérique Latine et après avoir repoussé les indiens natifs de la région (principalement Querandíes et Mapuches), construisent la première paroisse de la ville en 1730: la Parroquia San Antonio de Padua.

Au détour des rues, on rencontre aussi d’anciennes pulperias, certaines ayant plus de deux siècles. Ces bars/épiceries d’époque avaient pour rôle de ravitailler les gauchos et les voyageurs de passage. Ces lieux ont conservé toute leur splendeur d’antan et dans certaines d’entre-elles, on peut aujourd’hui venir boire un verre ou déguster une picada, des plateaux de charcuterie élaborée localement.

La Pulperia La Blanqueda est la plus historique de toutes puisqu’elle est située sur le Camino Real, le chemin « royal » qui reliait autrefois la ville de la Paz, en Bolivie, au port de Buenos Aires. Elle a été transformée en musée dans les années 1960 et fait partie des hauts-lieux à visiter absolument, tout comme le musée gauchesco Ricardo Guiraldes qui se trouve dans le même parc.

Pour les amoureux d’architecture, la bibliothèque, le conseil Municipale, la mairie et le Banco Provincia, tous situés sur la place principale Arellano, sont d’autres édifices qui méritent le détour. Ceux-là ont notamment été inspirés du style architectural espagnol et italien apporté par les colons puis ensuite par les immigrés espagnols et italiens du XIXème siècle.

Le Vieux Pont de San Antonio de Areco

Origine & immigration

 

A l’image de l’Argentine tout entière, la ville d’Areco s’est construite au fil des vagues d’immigration successives. Même si les habitants, comme dans le reste de l’Argentine, sont principalement d’origine espagnole et italienne, d’autres communautés y sont également très influentes. On trouve notamment de nombreuses familles descendantes de Croates, d’Irlandais et d’Allemands, qui choisissent de s’installer dans les années 1880 sur les terres fertiles de San Antonio de Areco.

 

Un artisanat de grande renommée

 

Parmi les nombreux artisans que compte San Antonio de Areco, les plus renommés sont certainement les orfèvres (ou plateros en castillan) qui travaillent depuis près de 2 siècles des métaux précieux comme l’argent et l’or.

Pièces d’orfèvrerie

Ces matières premières, extraites en Bolivie et au Pérou, étaient acheminées jusqu’au port de Buenos Aires pour ensuite rejoindre et enrichir la couronne d’Espagne.

A San Antonio de Areco, les artisans ont d’abord créé des pièces destinées au culte religieux, pour ensuite se dédier de plus en plus à l’orfèvrerie gauchesque, destinées aux gauchos. Couteaux, ceintures, éperons, harnachements de tout genre, les gauchos, à travers l’orfèvrerie, ont acquis une certaine noblesse et une grande élégance.

Aujourd’hui, il est possible de visiter les ateliers des artisans locaux, qui se feront un plaisir de partager avec vous leur savoir-faire et leur passion !

Guitarreada dans une Estancia

 

Voila donc un petit aperçu de cette culture plutôt méconnue en Europe :).

Et vous, avez-vous eu la chance de vous rendre sur le territoire des gauchos ? N’hésitez pas à partager votre expérience avec nous dans les commentaires ! 🙂 

 

Image d’en-tête : préparation de l’asado.

Les photos ont été prises par le photographe Bertrand Mahé.

 

Series NavigationLa Suite sur la Culture des Gauchos en Argentine >>
Partagez nos articles ! 😀

One Reply to “La Culture Des Gauchos en Argentine !7 min read

N'hésitez pas à nous laisser un commentaire ! :)

Vous aimez ce blog ? Alors partagez-le ! :D

Facebook
Facebook
Instagram
Google+
http://deuxsoeursnomades.com/la-culture-des-gauchos-en-argentine">
Suivre par Email
RSS
%d blogueurs aiment cette page :